saison 2014-2015


Venus in Fur

Social Studies

Terminus

The Goodnight Bird

The Envelope

Triplex Nervosa

pour nous joindre

Centaur Theatre Company
453 St. François-Xavier
Montréal, Québec
H2Y 2T1

billetterie : 514-288-3161
administration: 514-288-1229
télécopieur : 514-288-8575

saison 2013-14

Télécharger notre brochure

Brochure Saison

mission

Vittorio Rossi

Roy Surette, directeur artistique

La Compagnie théâtrale du Centaur est une organisation sans but lucratif vouée à la création, au développement, à la production et à la présentation d’un vaste répertoire dramaturgique. Diffusés à l’échelle locale, nationale et internationale, nos pièces et autres projets exploratoires visent à inspirer des élans de passion et des questionnements pertinents en lien direct avec l’expérience humaine moderne. Notre volonté d’être au diapason de notre époque guide tous nos efforts. Notre objectif : rester à l’affût des innovations théâtrales mondiales, tout en alliant dynamiquement formes et contenu dramaturgiques empruntés aux répertoires classique, moderne et contemporain.

Parallèlement, nous cherchons à nourrir l’esprit de collaboration qui unit les colonies théâtrales québécoise, canadienne et internationale, tout en gardant les yeux rivés sur Montréal. Notre mandat consiste d’abord et avant tout à présenter l’œuvre de dramaturges d’ici et d’ailleurs au Canada. Nous souhaitons aussi implanter et mettre à profit des initiatives et des programmes de diffusion visant l’épanouissement des artistes et du public montréalais. Nous aspirons à préserver un esprit de corps clairement local, tout en affirmant notre identité nationale et internationale. Et pour nous acquitter de tous ces mandats, nous misons d’abord et avant tout sur la gestion consciencieuse de nos activités professionnelles.

notre programmation

Des grands classiques aux œuvres contemporaines, la Compagnie théâtrale du Centaur produit un théâtre bien de son temps – une dramaturgie qui reflète le monde en perpétuelle mouvance qui nous entoure et qui célèbre la voix vibrante du Montréal d’aujourd’hui.

Ces dernières années, le Centaur a fait figure de pionnier en produisant et en présentant non moins de 19 pièces montréalaises en première mondiale. Il a également été reconnu à titre de joueur majeur sur l’échiquier dramaturgique canadien grâce à ses initiatives en matière de partenariats internationaux avec l’Irlande, les États-Unis et l’Australie. De plus, la compagnie a reçu de nombreux prix prestigieux pour l’excellence de son travail de mise en scène, de production, d’interprétation et de direction artistique, de même que pour la découverte de nouveaux talents dramaturgiques.

Aujourd’hui, la Compagnie théâtrale du Centaur continue d’ouvrir la marche en déployant tous les efforts pour la diffusion du théâtre auprès de la population montréalaise. Dans cette perspective, on lui doit la populaire Programmation jeunesse du samedi matin (Saturday Morning Children’s Series) à l’intention des jeunes et des jeunes de cœur. Autre célébration théâtrale au cœur de sa saison annuelle, l’audacieux Festival Wildside présente chaque année sept troupes de répertoire indépendantes ainsi que la meilleure production de langue anglaise du Festival Fringe de Montréal sélectionnée par le Centaur. 

À l’échelle nationale et locale, la compagnie est aujourd’hui reconnue comme l’ambassadrice par excellence des pièces québécoises francophones adaptées pour le public anglophone. C’est ainsi qu’elle est devenue le siège des productions en langue anglaise du célèbre homme de théâtre québécois Michel Tremblay.

Ayant continuellement à cœur la coopération locale, le Centaur fait don de divers biens et services à des troupes de théâtre montréalaises comme le Théâtre Segal, Infinitheatre, Geordie Productions, Imago Théâtre, Theatre Lac Brome, Village Theatre West et le Théâtre Répercussion.

Des passionnés de théâtre des quatre coins de la ville, de tout âge et de toute origine culturelle et linguistique soutiennent notre communauté artistique. 

Nous vous souhaitons la bienvenue à la 44e saison de la Compagnie théâtrale du Centaur! 

contexte historique

Fondée en 1969 par Maurice Podbrey, la Compagnie théâtrale du Centaur louait à ses débuts l’édifice partiellement rénové de l’ancienne Bourse de Montréal. Après avoir fait l’acquisition du bâtiment cinq ans plus tard, elle y a entrepris d’importants travaux pour nettoyer ce qui avait été la toute première Bourse au Canada et y aménager une deuxième salle de théâtre. Dès ses premières années d’existence, la Compagnie théâtrale du Centaur comptait un certain nombre d’œuvres inédites à son répertoire. Mais c’est avec la pièce On the Job, du dramaturge montréalais David Fennario, qu’elle a effectué une véritable percée sur la scène théâtrale. Au fil des ans, d’autres pièces inédites sont nées de commandes directes ; c’est notamment le cas de Balconville de David Fennario, dont la présentation lors d’une tournée au Canada, en Angleterre et en Irlande en 1979 a valu au Centaur la reconnaissance nationale et internationale.

En 1985, le Centaur a acheté et rénové un édifice au cœur du quartier de Griffintown, qu’elle loue et utilise comme salle de répétition, atelier de décors et de peinture, et lieu d’entreposage.

À la tête de la compagnie pendant 28 ans, son premier directeur, Maurice Podbrey, a été salué pour avoir soutenu et produit les nouvelles créations de certains des meilleurs dramaturges montréalais : Vittorio Rossi, David Gow, Linda Griffith, David Freeman, Bowser and Blue, et David Fennario. Fait tout aussi important, il a collaboré avec certains des plus prestigieux metteurs en scène et dramaturges internationaux provenant de Russie, d’Afrique du Sud, d’Irlande et de France – le plus éminent d’entre eux étant sans doute le Sud-Africain Athol Fugard. À sa retraite en 1997, Maurice Podbrey a cédé les rênes du Centaur à Gordon McCall, qui en est devenu le nouveau directeur artistique et administratif.

Au cours de la décennie suivante, le Centaur a présenté non moins de 18 pièces montréalaises en première mondiale. Ces années ont également vu naître le festival annuel Wildside, qui se veut une vitrine sur les nouvelles compagnies théâtrales émergentes. Le festival s’apparente en cela à Brave New Works, un autre programme de diffusion du Centaur qui accorde préséance au théâtre d’auteur créé par les artistes les plus novateurs d’ici. Ce faisant, ce programme alimente l’esprit et la prospérité de toute la colonie théâtrale montréalaise. C’est sans compter la Programmation jeunesse du samedi matin (Saturday Morning Children’s Series), dont l’accessibilité à un vaste public demeure encore aujourd’hui au cœur de la pensée artistique du Centaur.

En 1998, la première mondiale en version anglaise d’Encore une fois, si vous le permettez (For the Pleasure of Seeing Her Again) de Michel Tremblay a marqué un tournant important dans l’histoire des échanges théâtraux entre les communautés anglophone et francophone de Montréal. Lors d’une tournée canadienne couronnée de succès, le Centaur a présenté la pièce de Tremblay (dans une adaptation de la grande traductrice Linda Gaboriau) en partenariat avec la Canadian Stage Company de Toronto. Cette tournée d’un an s’est conclue en beauté à l’automne 2000, lors de la première américaine de la pièce à l’Arena Stage de Washington D.C., qui célébrait alors son 50e anniversaire.

Cette initiative a donné suite à plusieurs autres partenariats internationaux. Ainsi, le directeur artistique de l’Abbey Theatre en Irlande, Ben Barnes, a monté trois pièces irlandaises sur la scène du Centaur. En contrepartie, l’Abbey a présenté la toute première pièce canadienne de son histoire : For the Pleasure of Seeing Her Again de Michel Tremblay, dans une mise en scène de Gordon McCall. Dans la foulée, l’Abbey a entrepris de produire un certain nombre d’autres pièces tirées du répertoire canadien.

Après avoir présenté For the Pleasure of Seeing Her Again à l’Arena Stage de Washington, le Centaur a invité la directrice artistique de ce théâtre, Molly Smith, à mettre en scène une magistrale interprétation de Moon for the Misbegotten d’Eugene O’Neill, en mars 2002. Puis, à l’automne 2004, la troupe a noué alliance avec le directeur artistique australien Simon Phillips, de la Melbourne Theatre Company. Ce dernier a mis en scène la pièce australienne Burnt Piano de Justin Fleming sur les planches du Centaur. Pendant ce temps, Gordon McCall se rendait à Melbourne pour y présenter la première mondiale en langue anglaise de Cheech, du dramaturge montréalais François Létourneau, dans une adaptation de Rick DesRochers.

En septembre 2002, le Centaur a accueilli en première mondiale l’adaptation anglaise de Mambo Italiano, pièce à succès du dramaturge montréalais Steve Galluccio, mise en scène par Gordon McCall. Puis, dès janvier 2003, l’œuvre a été présentée à guichets fermés à Toronto, lors de la saison des Productions Ed and David Mirvish.

En décembre 2006, le Centaur a remporté une nomination en vue du Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal (catégorie « Théâtre ») pour sa remarquable contribution à la vie dramaturgique montréalaise. Le jury a souligné l’excellence de la saison 2005-2006 qui, sous le thème des « Récits montréalais » (Montreal Stories), regroupait six œuvres inédites de dramaturges de la métropole. La pièce Condoville de David Fennario donnait le coup d’envoi à ce cortège de premières mondiales, suivie de Hellfire Pass, le tout premier volet de la Carpenter’s Trilogy de Vittorio Rossi.

En septembre 2007, Gordon McCall s’est retiré de ses fonctions à titre de directeur artistique et administratif du Centaur. Au terme d’une longue recherche de candidats en provenance des quatre coins du monde, le conseil d’administration du Centaur a choisi Roy Surette pour lui succéder. Depuis sa nomination, Roy a monté six pièces, que ce soit seul ou en collaboration avec d’autres metteurs en scène. Au cours de la prochaine saison 2010-2011, on le retrouvera à la tête des productions Don Quixote et Schwartz’s: The Musical.

Le Centaur a remporté neuf Masques, notamment dans les catégories « Interprétation féminine », « Révélation » et « Production de langue anglaise ». En 2008 et en 2009, la compagnie s’est également vu décerner le titre élogieux de « Meilleure compagnie théâtrale locale » par le catalogue Best of Montreal du journal Mirror.  De même, elle a obtenu plusieurs prix MECCA en 2008 et en 2009, dans les catégories « Interprétation féminine », « Meilleur texte », « Meilleure production », « Meilleure scénographie », « Meilleurs éclairages » et « Meilleure conception sonore ».